top of page

Notre colère est émancipatrice

Les milieux de travail et de militance féministes non mixtes devraient être un refuge contre le sexisme et l’oppression auxquels font face les femmes dans des contextes mixtes. Or, pour beaucoup de femmes noires, ces lieux d’implication militante et de travail constituent souvent des espaces non sécuritaires où leurs voix revendicatrices peuvent être considérées comme étant trop agressives et dangereuses.


Vouloir parler du racisme et de suprématie blanche équivaut à diviser, voire diluer le mouvement. En tant que femmes, si l’on veut faire partie de la sororité universelle, on nous impose de prioriser les luttes « rassembleuses » qui centrent les expériences des femmes majoritaires. Il ne s’agit pas de ségréguer le mouvement, car la ségrégation de facto a toujours été présente, dans un contexte où les femmes noires demeurent sous-représentées dans les lieux décisionnels et absentes dans les débats féministes importants.




miniature de l'article sur le site du Devoir

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page